Les contes de la fille perchée

Site d'Aurélie Wellenstein

Page 3 sur 5

Sortie du Roi des fauves au format Poche (ed. Pocket)

C’est fière comme un pou que je vous annonce la re-sortie en poche du Roi des Fauves. C’est chez Pocket. Il est gris-argenté, il est souple, il est bien encré, il sent bon, et il vous mangera la main si vous le touchez (parce que bon, c’est le Roi des fauves quand même !) La couverture originale, d’Aurélien Police, a été conservée pour mon plus grand bonheur. RDV vendredi en librairie !

arrivée chez moi, et installation avec ses nouveaux copains

 

La Mort du Temps : les épreuves !

Alors, quand on parle d’épreuves, il ne s’agit pas de sport, de défis ou de trucs super pénibles à surmonter (quoique…, lol). Non, les épreuves, c’est le terme éditorial qui désigne le roman mis en forme, c’est-à-dire présenté tel qu’on le trouvera en version définitive, imprimée.

L’objectif, c’est de relire tout le texte très attentivement afin de traquer les dernières coquilles. A ce stade, on ne peut plus faire de grandes modifications. Du coup, c’est toujours un moment spécial : est-ce que le roman me satisfait entièrement ? Est-ce que tout marche bien ? Est-ce que je peux le lâcher dans la jungle des librairies, le pousser dans la fosse aux lecteurs, ces grands fauves qui mangent du papier (si, si) ???

Dans mon cas, c’est aussi la dernière fois que je lirai mon roman. Après avoir passé un peu plus d’un an sur La mort du temps, d’une certaine manière, je termine quelque chose avec lui. Maintenant, il sera « seul », détaché de moi. Je l’ouvrirai, je parcourrai quelques lignes parfois, mais je ne le lirai plus. Il sera à vous, pour vous.

Rendez-vous en mai !

Les Loups chantants sélectionnés pour le Grand Prix de l’Imaginaire 2017

loups chantants_une

Après le Roi des fauves l’année dernière, c’est au tour des loups chantants de faire partie des premières sélections du GPI dans la catégorie « Roman jeunesse francophone ». Je suis vraiment honorée par cette sélection.

Toutes les infos ici !

Sortie de mon prochain roman au mois de mai

Mon prochain roman sortira au mois de mai aux éditions Scrineo. Et même, début mai d’après mes informateurs !

Après un brainstorming digne de celui de la Fille de Tchernobyl, son titre a été choisi. Ce sera « La mort du temps ». J’espère qu’il vous plait ! Mon premier choix était « Temps morts », mais c’était déjà pris par d’autres romans, dont un best-seller d’Harlan Coben (quoi que je ne rechignais pas à le placer sous les mêmes auspices, hein ?) On a réfléchi jusqu’au soir du réveillon de Noël – pour vous dire comme c’était épique ! Il y avait plusieurs autres titres qui me parlaient : « la jeune fille, le temps et la mort » ainsi que « les marche-temps ». Oui, beaucoup de mort et beaucoup de temps… ça devrait vous donner un indice sur le contenu. Quoique… Ce sera très étrange, et j’espère que vous serez surpris !

Plus d’infos bientôt !

En attendant la couverture, une image d’ambiance. C’est un tableau de Zdzislaw Beksinski, un peintre de tendance surréaliste et fantastique que j’ai découvert récemment. L’atmosphère de ses tableaux est vraiment saisissante !

Les loups sélectionnés au Prix du roman contemporain de Poitiers

Nouvelle sélection à un prix pour « Les Loups chantants ». Il s’agit de la 29e édition du Prix du roman contemporain organisé par la ville de Poitiers ! Plus de 600 élèves des collèges du département de la Vienne participent à ce concours littéraire, pour élire leur roman préféré. Dans la liste des 4 romans sélectionnés, en plus des Loups, on trouve aussi :
– Aussi loin que possible / Eric Pessan (Ecole des loisirs)
– Ma mère, le crabe et moi / Anne Percin (Rouergue)
– Flow / Mikaël Thévenot (Didier jeunesse)

J’ai eu l’occasion de lire un recueil de nouvelles de Anne Percin, et je dois dire que je suis totalement fan. Je pense que je lirai son roman courant 2017.

En 2015, c’était mes amis Silène Edgar et Paul Beorn qui avaient remporté ce prix avec le formidable 14/14. Apparemment, la remise des prix se déroule dans un énorme amphi avec tous les élèves. ça doit être génial ! Voyez plutôt :

i23592_200_collegiens_de_8_etablissements_poitevins_etaient_jury_du_prix_du_roman_contemporain

 

A Montreuil, demain !

lapin

En retard, je suis en retard ! 😀

Il est bien temps que je vous annonce mon créneau de dédicaces à Montreuil, car c’est… demain !!

Venez me rendre visite sur le stand de Scrineo en D38 au 1er étage, dès dimanche à 13h, puis à 14h30 chez Magnard en C19, toujours au premier étage !

le planning de Magnard

le planning de Magnard

Le stand de Scrineo

Le stand de Scrineo

Les loups chantants remportent le Prix Elbakin 2016 !

Mon dernier article parlait de la nomination des Loups au Prix Elbakin ; la semaine dernière, j’apprends avec joie qu’il remporte l’édition 2016, dans la catégorie « meilleur roman de fantasy jeunesse français » !

Merci à tous ceux qui m’ont aidé pour écrire ce roman (Francis, Elisa, Ioana, Manon, Lilie), ma directrice de collection, Agnès, et toute l’équipe de Scrineo et en particulier à Jean-Paul Arif, et bien sûr à Aurélien Police pour sa superbe couverture !

J’en profite pour signaler la mise en ligne de la Chronique (8.0/10 !!) sur le site d’Elbakin.

Vous allez me dire, t’es gentille, mais tu te réveilles que maintenant ? Eh bien, j’ai fêté ça et j’émerge, enfin ! Non, plus sérieusement, je suis plongée dans l’écriture de mon nouveau roman (qui n’a toujours pas de nom, oui, j’avoue, c’est embêtant). Ceci explique que je sois bien silencieuse sur ce blog.

Je serai toutefois de sortie ce week-end, avec mes Loups bien sûr, pour les Aventuriales de Menetrol et peut-être aurai-je le plaisir de vous y rencontrer !

Palmarès du Prix Elbakin 2016

Meilleur roman fantasy français :

Meilleur roman fantasy français Jeunesse :

Meilleur roman fantasy traduit :

  • Lud-en-Brume, d’Hope Mirrlees, éditions Callidor (traduction de Julie Petonnet-Vincent)

Meilleur roman fantasy traduit Jeunesse :

Les Loups nominés au Prix Elbakin !

les loups chantantsLes Loups chantants sont nominés au Prix Elbakin 2016 ! J’en suis super heureuse ! L’année dernière, le Roi des fauves avait été nominé, mais ne l’avait pas emporté. On va voir ce que fait la louve… Chante, ma belle ! 😉

En attendant la chronique d’Elbakin à venir !

http://www.elbakin.net/fantasy/news/24228-Les-nominations-du-prix-Elbakinnet-2016

Des chevaux à Tchernobyl ?

Mon nouveau roman La fille de Tchernobyl raconte la rencontre d’une jeune fille et d’un cheval sauvage dans la « Zone interdite » de Tchernobyl.

Tchernobyl, c’est quoi ?

Le 26 avril 1986 à Tchernobyl,  en Ukraine, a eu lieu la première grande catastrophe nucléaire de l’histoire, tuant des milliers de personnes et polluant les terres alentours pour des siècles. La Zone d’exclusion alors mise en place autour de la centrale, destinée à tenir la population à l’écart des territoires les plus radioactifs, reste aujourd’hui  abandonnée et ne sera plus habitable avant plusieurs centaines d’années.

Quel rapport avec le cheval ?

Les humains ayant quitté la Zone, les animaux ont commencé à réinvestir la campagne et les bois environnants la centrale. En octobre 2015 notamment, une étude internationale publiée dans la revue Current Biology révèle que les loups sont sept fois plus nombreux dans cette zone que dans les parcs alentours. De même, les populations d’élans, chevreuils et sangliers remontent.

 

Source : REUTERS / Vasily Fedoseko / 25/02/2016

Quant au cheval de Przewalski, dont il est question dans le roman, il est en voie de disparition partout dans le monde. Réputé impossible à dresser, il a été chassé pour sa viande jusqu’à l’extinction.  Les derniers spécimens vivent dans des réserves naturelles. Et notamment à Tchernobyl, où ils ont été réintroduits par des chercheurs. De façon étonnante, ils ont réussi à survivre dans la Zone contaminée, et à se reproduire. Les troupeaux ont grandi, des poulains sont nés…

source : abandonedkansai.files.wordpress.com

Et les radiations, alors ?

Même si nombre d’animaux ne sont pas difformes, les effets négatifs de la radioactivité se font sentir : l’espérance de vie des bêtes est souvent plus courte et leur taux de reproduction moins élevé. En fait, les espèces ne sont pas égales devant les radiations. Dans un célèbre documentaire, des scientifiques démontraient comme les mulots, sont en pleine santé, alors que les oiseaux par exemple, meurent prématurément. On est bien loin d’un Paradis pour animaux comme on a pu parfois le décrire.

Imaginales, suite !

Le vendredi, pas de café littéraire au programme, mais des dédicaces, plein de monde et de nouvelles rencontres. Les copains commencent à arriver pour le gros week-end. Comme l’année dernière, j’ai la chance d’avoir de super voisins : Victor Dixen, Jean-Luc Marcastel, Rod Marty, Cindy Van Wilder et Agnès Marot.

Lire la suite

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén