Ce soir, je travaille sur les épreuves de Mers mortes, ou du moins… j’essaie !

Je prends mon temps, cela dit. C’est la dernière fois que je lis ce texte. Mers mortes est un roman particulier, qui m’a beaucoup envahie, dans le bon sens du terme. Il parle des mers et des océans qui reviennent hanter les hommes, et je dois dire que le texte lui-même m’a beaucoup hantée. En l’écrivant, je suis souvent descendue très profondément en moi-même. C’est une sensation spéciale et agréable, proche de l’hypnose, où vous sentez l’histoire passer à travers vous sans que vous ayez vraiment de prise sur elle. Parfois, quand on est descendu si profond, il est difficile de remonter, de revenir à la réalité. Écrire ce roman était une belle expérience et je suis assez triste de laisser les personnages derrière moi aujourd’hui.