Alors, quand on parle d’épreuves, il ne s’agit pas de sport, de défis ou de trucs super pénibles à surmonter (quoique…, lol). Non, les épreuves, c’est le terme éditorial qui désigne le roman mis en forme, c’est-à-dire présenté tel qu’on le trouvera en version définitive, imprimée.

L’objectif, c’est de relire tout le texte très attentivement afin de traquer les dernières coquilles. A ce stade, on ne peut plus faire de grandes modifications. Du coup, c’est toujours un moment spécial : est-ce que le roman me satisfait entièrement ? Est-ce que tout marche bien ? Est-ce que je peux le lâcher dans la jungle des librairies, le pousser dans la fosse aux lecteurs, ces grands fauves qui mangent du papier (si, si) ???

Dans mon cas, c’est aussi la dernière fois que je lirai mon roman. Après avoir passé un peu plus d’un an sur La mort du temps, d’une certaine manière, je termine quelque chose avec lui. Maintenant, il sera « seul », détaché de moi. Je l’ouvrirai, je parcourrai quelques lignes parfois, mais je ne le lirai plus. Il sera à vous, pour vous.

Rendez-vous en mai !