Les contes de la fille perchée

Site d'Aurélie Wellenstein

Mois : mars 2017

Le prix Libre2Lire à Angers

Les 9 et 10 mars, je me suis rendue à Angers pour rencontrer les lecteurs et électeurs du Prix Libre2Lire. J’ai rencontré différentes classes de la ville. Avec eux, j’ai pu avoir des discussions à bâtons rompus sur le métier d’écrivain, mais aussi sur des sujets de société. On a notamment débattu de notre rapport aux animaux. C’était très vivant et dynamique et tout le monde était très intéressé. La première classe, les 4B du collège Jean Lurçat avait également préparé un exposé vidéo sur l’antiquité, les esclaves et les courses de char. C’était passionnant !

Sortie du Roi des fauves au format Poche (ed. Pocket)

C’est fière comme un pou que je vous annonce la re-sortie en poche du Roi des Fauves. C’est chez Pocket. Il est gris-argenté, il est souple, il est bien encré, il sent bon, et il vous mangera la main si vous le touchez (parce que bon, c’est le Roi des fauves quand même !) La couverture originale, d’Aurélien Police, a été conservée pour mon plus grand bonheur. RDV vendredi en librairie !

arrivée chez moi, et installation avec ses nouveaux copains

 

La Mort du Temps : les épreuves !

Alors, quand on parle d’épreuves, il ne s’agit pas de sport, de défis ou de trucs super pénibles à surmonter (quoique…, lol). Non, les épreuves, c’est le terme éditorial qui désigne le roman mis en forme, c’est-à-dire présenté tel qu’on le trouvera en version définitive, imprimée.

L’objectif, c’est de relire tout le texte très attentivement afin de traquer les dernières coquilles. A ce stade, on ne peut plus faire de grandes modifications. Du coup, c’est toujours un moment spécial : est-ce que le roman me satisfait entièrement ? Est-ce que tout marche bien ? Est-ce que je peux le lâcher dans la jungle des librairies, le pousser dans la fosse aux lecteurs, ces grands fauves qui mangent du papier (si, si) ???

Dans mon cas, c’est aussi la dernière fois que je lirai mon roman. Après avoir passé un peu plus d’un an sur La mort du temps, d’une certaine manière, je termine quelque chose avec lui. Maintenant, il sera « seul », détaché de moi. Je l’ouvrirai, je parcourrai quelques lignes parfois, mais je ne le lirai plus. Il sera à vous, pour vous.

Rendez-vous en mai !

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén